Petit sortilege sans pretention

Petit sortilege sans pretention

Cinq sens à porter

 

Cinq sens à porter, en portée comme des notes placées qui glissent dans les oreilles gourmandes à portée de la caresse d'un de ses sens, le premier, l'ouïe.

D'une portée de cinq ou l'un sombra, un autre sens accourt à son secours, qui renifle tout bas, de peur d'éveiller ce curieux qui les dévore, l'un après l'autre. Il suit l'imperceptible, le fil, la trace de molécules volatiles, que Louis laissa derrière soi.

Trompé du nez et de l'oreille, la portée se déroule et s'échappe. Hors de vue, se dilate. Les pupilles explosent sous la lumière et cherchent devant, derrière, l'ombre de ses comparses disparues. La nuit tombe en paupières et la voilà sans repère ; la vue.

Trois sens emportés, d'une oreille gourmande, d'un nez prudent, d'une vue déroutée sans lumière. Deux sens à traiter qui veulent s'en tirer et cavalent pour quitter la portée, mais la ligne les rattrape en clef de sol adroite, s'enroule et les glisse sur le dos de sa langue les enroule sous mi, ré, do.

Le goût des sens n'a de sens que si la langue les tient. À dire ou à goûter, du bruit à l'odeur, de la vue, il aurait triomphé : le goût dévore tout à porté, toutes les portées, tous les sens...

Un seul en fait peut encore lutter.

Qu'il vous touche, et tout est effacé.

La musique des sens voyage sur les caresses de ta main. Sans elles à quoi bon voir, entendre, sentir et goûter, il n'y a que ta peau à la mienne emportée...



20/05/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres