Petit sortilege sans pretention

Petit sortilege sans pretention

D'autres rêves 3/3

*

Le passé se dissout sur un air de Tchaikowsky... La ballerine reprend le cours de sa vie, avec dans le coeur, une autre forme de danse.

 

Dans la rue quand elle attend un bus, ou qu'elle se pose dans le parc, Éloïse inspecte les fenêtres et remarque parfois des êtres postés derrière. Elle suppose qu'il y en a quelques-uns qui lui ressemblent et qui n'ont pas encore croisé de France ; ou peut-être d'Adrien...

 

Sa curiosité l'a emporté, elle a fini par accepter de le rencontrer . France n'aura plus autant de temps à lui consacrer, et « Repas. Téléphone. Fenêtre. Cuisine. Télé. Résignation » ne conviennent plus à la jeune femme. Elle a toute une vie neuve à remplir. Une vie pas aussi facile à cerner qu'elle aurait pu l'être, mais à laquelle il faut vite donner d'autres rêves.

Alors pourquoi ne pas aider d'autres gens à reconstruire leur vie brisée par les accidents et les parcours difficiles. Elle en a la force maintenant, elle peut offrir un peu de ses ambitions en partage.

 

Son correspondant l'attend à l'arrêt de bus Saint Jean. Quand Éloïse approche, elle reconnaît Adrien. Il faisait bien parti des visiteurs du début de sa convalescence. Il était venu lui proposer son aide et tout au long de l'entretien, elle se demandait : « Mais qu'est-ce que je fais ici, c'est pas ma vie ! C'est pas possible ! » Elle se souvient avoir dit d'une voix blanche, en regardant le visage de cet homme :
« Vous vous trompez de chambre, je suis une danseuse, je n'ai pas besoin de votre aide. »

 

Elle s'était mise à pleurer et lui avait enjoint de partir et de ne pas revenir.
Les larmes montent une nouvelle fois à ses yeux avec le souvenir de ce chagrin au parfum de déni. Adrien tend la main pour saisir la sienne :
« Je suis désolé de vous faire cet effet… Je me souviens si bien de vous et comme votre douleur m'avait touché. J'aurais tant voulu accompagner votre renaissance…
—...
—Venez. Je vais vous montrer mon monde, il est habité de bienveillance et d'enfants qui ne demandent qu'à retrouver la joie de vivre…. Vous aimez les enfants ?
—Oui, j'aime les enfants... »

*

... Mais si, vous connaissez la suite.
Laissez-vous porter par vos rêves ; Luc, c'est joli comme prénom ? Ou Rose peut-être, Myrtille, Élias… non ? Et Férielle ? Ce ne sont pas les choix qui manquent…
Oh ! Éloïse et Adrien s'éloignent déjà, ils sont avec vous ?
Ils n'ont plus besoin de moi.

 

 

https://www.blog4ever-fichiers.com/2006/01/81713/arabesquefintexte.png

 

D'autres rêves 1/3
D’autres rêves 2/3



02/07/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres