Petit sortilege sans pretention

Petit sortilege sans pretention

Dix milles ans d'amour

 

 

Douce nuit d'opale, la lune rafraîchit, le charme opère.

Frissonnant d'attente, un double d'âme s'impatiente, sur un banc de pierres.

Rendez-vous secret aux couleurs de l'ombre, fait naître cet instant suspendu, parfait.

Chacun se souvient-il de ce frémissement, qui écrase la voix ? De ces tremblements qui flirtent avec le désir ? Se souvient-il de l'alerte et de la vigilance de son corps aux aguets ?

 

Sous la lune blonde l'attente se tend d'espoir et de peur.

L'attentif surprend quelques indices ténus qui agitent son cœur …

Un pas discret remue les pierres, un corps furtif caresse les feuilles.

Et l'ombre d'une silhouette chuchote la brise d'un soulagement.

Deux âmes sœurs, pour le moment, s'enlacent sur un banc et se rassurent de promesses.
Mais l'éternité de chaque seconde file pourtant, et l'éclat du jour nuance leur ivresse.

Les secrets retournent dans la tombe du silence, et les amoureux se séparent.
Ils retrouvent sans l'autre ce quotidien qui les écrase.

« T'en reviendras-tu demain sous la lune, m'attendre sur le banc de pierre ? T'en reviendras-tu nourrir ma vie et mes rêves ? »

 

Les histoires d'amants éclosent en contes, en poèmes.

Qu'elles finissent bien ou mal, depuis dix milles ans, elles conditionnent les choix, les désirs, les arts, les délires.

Et peu importe la saison, qu'elles s'éclairent de soleil ou d'ombres de lune, le temps qui passe n'a pas prise, elles bouillonnent le sang, nous attisent de ses gourmandises désirables.



16/09/2016
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres