Petit sortilege sans pretention

Petit sortilege sans pretention

La magie des étoiles

 

La lune sème de larges flaques de lumière sur la roche humide. Un pied après l'autre, dans l'une et dans l'autre, je m'élève vers le ciel. Je pars en chasse d'étoiles pour cueillir quelques liens étincelants. Je suis la cueilleuse de Cupidon.

Il faut tant d'amour à ce monde, mais son Dieu est paresseux : quelques flèches décochées ici ou là, au hasard et le voilà satisfait.

Il faut tant d'amour à ce monde et il n'a qu'un Dieu pour le semer.

Lequel ne s'est hier, même pas donner la peine de viser un cœur.
Avez-vous remarqué l'état du monde ?

 

Le carquois est vide de magie paraît-il, l'angelot grognon prétend n'en plus trouver. Sans magie l'amour se perd, se disperse, se gâche sur les champs mourants des cœurs fermés.

Il faut tant d'amour à ce monde, que j'emprunte les voies du ciel pour pallier le manque d'un Dieu d'opérette.

Je marche en l'air de la tête au pied, chevauchant la densité d'esprits désœuvrés, qui volettent et me prêtent leur talent, pour tromper un instant leur éternité.


Je marche en l'air, les yeux rivés sur les petits soleils élémentaires.
J'approche sans bruit d'un astre rêveur, j'enfile un gant de douleur, tissé de croyances, car la magie des étoiles brûlent la peau des certitudes, et la mienne en est couverte.

Les étoiles sont douces et chaudes, il n'y a rien à craindre à prélever leurs fils étincelants, mais si elles m'entendent, elles fuient bien loin vers d'autres temps.

L'esprit qui me porte s'impatiente (je suis toujours surprise de leur empressement à retourner à leur ennui), je me hâte : je ne voudrais pas rentrer sans son soutien.

J'attrape vivement un fil de traîne palpitant de l'étoile tout près. Je l'attache à mon cœur. Je danse comme un derviche tourneur, en priant l'épingle du ciel, de me donner un peu de la magie qu'elle façonne sans le vouloir.
Surprise de ma présence soudaine, inquiète du fil tendu entre nous, l'étoile préfère s'enfuir. Ce faisant, elle précipite le déroulement que je convoite : étincelant et puissant le charme opère et ma danse enroule autour de ma taille des mètres de féerie qui brouillent mes certitudes.

 

Je dois rester concentrée, les rêves d'étoiles sont sans frontière, hors du corps et du temps : à les contempler, on se fige pour longtemps, à les toucher il n'y a plus rien d'urgent, plus rien d'important. Et je suis couverte de ces rêves en fil palpitant, en magie de lumière.
L'amour dans le monde sous mes pieds, légèrement m’indiffère…
Mais soudain, le souvenir de l'indolence de Cupidon m'exaspère, me secoue, me renoue à la Terre, il était temps.

L'esprit qui me porte, me dépose sur un congénère en grommelant, la chasse était longue, il voudrait retourner s'ennuyer tranquillement.

 

D'une flaque de lumière à l'autre, jusqu'aux rochers du bord de mer, je retourne sur Terre.
Je brille autant qu'une étoile et autour de moi tout s'éclaire comme si le soleil se levait.
Les gardiens de la nuit, affolés s'imaginent s'être endormis et avoir manqué l'aube, ils paniquent et courent de tous côtés. Ils sont si bruyants qu'ils réveillent le Panthéon. Mais après tout c'est leur fonction.
Zeus, hirsute et contrarié se penche vers le monde et me menace de sa foudre : il me serait reconnaissant de m'éteindre ! Il est très fatigué !

 

« Pardon de déranger, je suis pour cette nuit, la cueilleuse de Cupidon et j'ai autour de moi, en fil enroulé, la magie toute fraîche d'une étoile qu'il faudrait lui donner, pour ses flèches, vous savez ? Il faut tant d'amour à ce monde, il avait tout usé. »

 

Zeus se recule dans l'invisible et tonitrue quelque peu. À son tour Cupidon se penche. À son air inquiet, je me doute que l'affaire est d'importance et qu'il s'est fait vertement tancer.
Je gage que le fouet de la colère d'un Dieu est efficace contre les paresseux.

Je gage que cette nuit ne fut pas veine et que l'amour, dont le monde à tant besoin, reviendra bientôt.

 

Patience.

Dans votre cœur nourrissez le terreau.



06/07/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres