Petit sortilege sans pretention

Petit sortilege sans pretention

Louise 3/5

 

Fanchon ne peut pas rester comme ça, elle ne peut pas ! Elle attrape Louise par la manche et la traîne dans une course effrénée vers le grand arbre. Les enfants l'utilisent pour se lancer des défis… Ils en ont l'interdiction bien sûr, il y a eu des accidents ! Mais Dieu seul sait combien ont tenté l’ascension.

Elles courent, courent à perdre haleine. L'angoisse sur les talon, le cœur en avant…


C'est trop tard, au pied du grand chêne, Callou s'est rompu le cou, du sang sort de son nez, de ses oreilles et de sa bouche. Justin est prostré, il n'a même pas pensé à se sauver…
« Mon Dieu, c'est pourtant vrai ! -Fanchon se met à pleurer, Louise ne bronche pas- Louise, tu restes avec Justin, j'vas chercher Benoît... »

 

Échevelée et transpirant sous le soleil de juillet, Fanchon trouve Benoît à l'église, il est un des seuls qui n'soit pas aux champs, sa main est blessée. Il répare avec l'autre le muret d'une chapelle consacrée à Marie :
« Hé ben Fanchon ! T'as l'Diable à tes trousses. Te cours dans un sens, pis dans l'aut'e ! Te vas prendre un coup d'sang…
—Viens Benoît ! Viens ! Le Callou est tombé du chêne… Il est mort !
— Palsangué ! »

 

Benoît lâche sa tâche et sa pierre. Il court sur les talons de Fanchon, puis se séparent, lui pour la forêt, elle pour le champs.
Tout le village remonte d'un pas pressé le sentier de la forêt. Marinette est partie devant en hurlant… À mi-chemin, Benoît, Louise et Justin rejoignent la mère. Quand le gros du village arrive sur place, Marinette est couchée sur le corps sans vie de son fils. Benoît a les bras croisé, la mine sombre, il regarde Fanchon avec hostilité. Elle sait immédiatement que les beaux jours sont derrière eux. Benoît parle au Marineau qui prend des mines étonnées. Il désigne Louise à coup de menton.


Tout le monde repart vers le bourg. Benoît porte le corps. Marineau se faufile jusque Fanchon et lui murmure discrètement : « Emmène Louise et rent'e chez toi ! » Fanchon ne se le fait pas répéter. Passant devant la rivière, vivement, elle récupère Gabin malgré ses protestations.
À la ferme, elle interroge Louise :
« Qué qu't'as dit au Benoît, Louise ?
— Ben que Callou s'est cassé la tête…
— Et quoi d'autre ! Et qu'est-ce qu'il a dit ?
— Y m'a demandé comment qu'c'est arrivé…
— Et pis ?
— J'ai dit qu'ch'sais pas, j'étais pas avec, alors y m'a demandé pourquoi que toi et moi on avait couru au chêne, y nous a vu passer tantôt…
— Qué qu't'as dit alors ?
— Que j'l'avais vu dans ma tête et qu'on était allées pour changer quelque chose, mais qu'ça a rien changé…
— Ça a tout changé Louise ! Et c'est d'ma faute... »

 

Ça ne tarde pas.
Les hommes du village sont devant la porte de la veuve, dés le coucher du soleil, leur mine n'est pas avenante ! Marineau est avec eux, il est distant, il ne peut pas se compromettre. Mais il est là. Peut-être parviendra-t-i à calmer les esprits s'ils s'échauffent. Il ressent son devoir de parrain pour Louise…
Fanchon sort de la maison les bras croisés. Elle a peur, mais aussi, elle est prête à mordre :
« C'est quoi c't'e procès ? -Benoît attaque-
— T'as qué'que chos' à t'repprocher qu'tu parles de procès ?
— En cinq ans que le Jean est mort, j'a pas eu beaucoup de visite et vous avez des grossièretés écrites sur la figure !
— Où qu'est ta sorcière ?
— Ch'connais pas d'sorcière ! -Benoît s’excite, le groupe derrière lui, la mort de Callou, il faut un responsable-
— On sait pas d'où qué vient, elle a les ch'veux orange ! Et une malformation qu't'a jamais laissé   voir ! J'le sais de mon piot, c'est Louise qui l'a dit quand il a voulu qu'elle aille à la rivière ! C'est un démon ! Elle savait que le Callou était mort ! Elle le savait ! P'tête que c'est elle qui l'a tuée !
— T'as du chagrin, on a tous du chagrin… Mais même si Louise a dit qu'elle savait et c'est p'têt vrai, elle était au village quand il est tombé ! Elle a rien pu lui faire ! Tu perds ton sens ? Elle a cinq ans ! T'as peur d'une 'tite fille ? Et vous aut'es, vous voulez quoi ? La brûler p'tête ? Mais r'gardez vous ! Prêts à faire du mal à une veuve et à ses deux enfants ! Vous croyez que l'bon Dieu vous le pardonnera ? »

Profitant du silence que la diatribe enflammée de Fanchon provoque, Didier Marineau intervient :
« Allez ! Ça suffit ! Elle a raison, la p'tite était au village autant, si vous en êtes là, autant vous en prend'e au Justin… »

 

*******************************************

Dégonflés de leur colère, les hommes s'en retournent non sans jurer, cracher et menacer « la sorcière »…

Mais le lendemain, les mères prennent les choses en main, Marinette à leur tête.
Elles forcent le passage de la ferme. Deux filles cramponnent Fanchon qui se débat, Gabin s'oppose comme il peut et prend une claque. Louise est attrapée sans ménagement.
Les femmes la dénudent brutalement, la scrutent. La petite fille gagnée par la panique pleure et se débat. Sa corne et son dos étrange sont alors dévoilés aux yeux de toutes.
Mais soudain la saillie osseuse rougit et irradie une aura bleutée inquiétante… Les femmes crient rejettent Louise et reculent…

 

...Et le temps ralentit…

Au milieu des corps presque figés, Louise se déplace sans comprendre, elle court vers sa nourrice et lui agrippe la main, ce faisant, Fanchon entre dans cette bulle, cligne des yeux et tente de saisir quelque chose, à ce qui se passe. Elle se dégage facilement des femmes qui la tenaient, attrape Gabin… Il ne bouge pas, il semble collé au sol de terre battue. Fanchon regarde sa main dans la  main de Louise et son intuition lui fait dire :
« Prends la main de Gabin, Louise, oui je sais, tu as peur ! Nous partons, prends sa main ! »

 

Gabin s'éveille et touche sa joue douloureuse. La lueur dans le dos de la petite fille commence à diminuer. Fanchon déplace la menotte de l'enfant sur son bras pour dégager ses mouvements ; elle sait qu'il faut qu'elle reste en contact physique avec Louise.
La nourrice attrape les vêtements de la petite, les capes, les chausses. Elle jette des coups d’œil autour d'elle en permanence. Elle tient sa panique à distance ; la situation est tellement étrange, de ces femmes furieuses et immobiles…


Il lui semble que leurs gestes s'accélèrent… Vite ! Vite !
Elle balaye la nourriture de la table - du pain, du fromage, du beurre- dans le gros panier qu'elle prend près de la porte. Elle y glisse le linge et se précipite à l'extérieur avec les enfants en ribambelle qui ne l'ont pas lâchée mais qui pleurent tous les deux. Le temps ralentit sur leur passage, comme si une bulle autour des fuyards se déplaçait. Les villageois ne les voient pas avant que cent pas ne les séparent, ils distinguent une brume en mouvement… et plus loin une femme et des petits qui courent, l'un d'eux est nu.
Les femmes sortent de chez Fanchon en vociférant. Quelques-unes se baissent pour prendre des pierres qu'elles lancent vigoureusement vers le groupe, indifférentes aux conséquence.

 

Voilà, c'est ici, si Ckerssicé ne fait rien, Lui'zh pourrait mourir et ceux qui l'accompagent finir écharpés. Elle se glisse sur la route aux nœuds multiples. Pose une main sur l'épaule de son enfant. Ce contact et le premier depuis l'abandon. Le geste grandit la volonté de la mère. D'elle à Lui'zh, de Lui'zh a ses protégés, le temps devient un chemin vers la sécurité.
L'intention de déplacer tout le petit groupe vers Gangeou, les dépose à l'abri des regards à quelques centaines de pas de l'entrée Sud, la moins fréquentée, qui s'ouvre sur la paysannerie. Ckerssissé murmure dans la tête de son enfant qu'encore une fois, elle doit laisser. « Tu n'es pas tout à fait de ce monde où pourtant tu es aimée. Je suis la mère que tu ne connais pas. J'ai confiance dans l'amour de ta marraine et de ton parrain. Nous nous reverrons, grandis, apprends et garde Gabin près de toi. »

 

Gabin et sa mère non pas eu connaissance du voyage. Ils étaient au village et n'y sont plus. Fanchon pense que c'est Louise qui les a conduit là et soudain elle sent la crainte la gagner. Que pourrait leur faire cette petite fille qu'elle connaît depuis toujours… Mais ses doutes s'effacent devant les sanglots et les larmes de l'enfant, elle non plus ne comprend pas… Gabin est prostré. Fanchon s'adresse à son fils :
« Ce n'est rien, Gabin… C'est comme un rêve…
— Où c'est qu'on est ?
— ch'sais pas encore Gabin…
— Où c'est qué sont les femmes ? Est-ce qu'elles vont revenir nous faire mal ?
— Non Gabin, elles ne sont plus là…
— Comment c'est qu'on est venus là ?
— C'est Dieu Gabin, qui nous a sauvés, il faudra prier pour le remercier... »

Les explications de sa maman semble le calmer…
Les pleurs de Louise ont cessé… Gabin la regarde :
« C'est quoi qui brillait dans ton dos ? -le visage de la petite fille se crispe-
— Laisse-moi tranquille, y'a rien qui brille dans mon dos, c'est une déformation et elle brille pas! -Fanchon intervient-
— Il ne faut pas parler de ça Gabin, jamais à personne, sinon d'autres gens viendront nous faire du mal. La corne dans le dos de Louise, c'est un cadeau de Dieu, quand elle brille c'est comme une lourde prière...»

 

Louise regarde dans le vague :
« Y'a parrain qu'arrive... »

 

Gabin détourne les yeux, il a très peur, sa joue le brûle encore. Il est en colère contre les villageois et peut-être un peu contre Louise ; il est jaloux des prières de sa sœur de lait. Louise ressent cette distance soudaine, c'est insupportable pour elle «... Garde Gabin près de toi . »Elle s'approche d'un pas hésitant, elle met ses bras autour du cou de Gabin… Il a toujours aimé les cajoleries de sa sœur. La mainde son frère remonte sur le dos de Louise sous le regard inquiet de Fanchon. Il touche la corne délicatement. Et ce faisant, en contact, il sent l'âme de Louise, une chaleur douce, de confiance, de tendresse et de bonté. À cette seconde il l'aime pour toujours. Ses traits se détendent.

La réalité les rattrape. Fanchon rhabille rapidement l'enfant encore nue. Ils sortent tous les trois du bosquet et se dirigent vers la ville. Soulagée, la veuve réalisent qu'ils sont à Gangeou.

 

Penché sur sa meule où l'eau ruisselle pour refroidir le métal, Romain sent des fourmillements sur l'épaule… À haute voix, il dit : « Ha ça ? Ça faisait longtemps ! »
Il n'hésite pas une seconde. Trois clients sont devant sa roue. Il s'adresse à un habitué :
« Bastien, Faut qu'j'parte c'est urgent, je d'ois voir un savant ! J'avais oublié… Si tu r'mets mes affaires chez l'Paul, ch'te donnera trente centimes. Vous aut's bien pardon, mais faut qu''y aille. Ch'rai là dans l'après-midi...»
Coupant court aux protestations, le Couteau suit ses épaules. Il n'a plus peur de ces manifestations et il est bien curieux de savoir ce qu'on lui veut.

Presque à la sortie sud de la ville, il voit au loin une femme et deux enfants. Au coude de la dame un panier cogne sa hanche. Stupéfait il reconnaît sa famille à charge…
Il presse le pas et agite les bras dans leurs directions… Fanchon l'aperçoit et les deux heures qui ont brutalement changé sa vie, la jette dans les bras du rémouleur :
« Ho là ! Qu'est-ce qui arrive Fanchon ? Quéqu'vous faites là ? Y'a un malheur ?
— Le Callou est mort... »

 

 

Louise 4/5



16/07/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres