Petit sortilege sans pretention

Petit sortilege sans pretention

Une folie

 

Une compagne silencieuse et grimaçante
Sentinelle attentive aux feux de mon esprit
Les dents serrées, la joie mauvaise et bouillonnante
Me change en esclave derrière des barreaux maudits

Je l'observe attiser le foyer qui grandit
Mes peurs domestiquées brûlent ma cohérence
Ma démone les enfourche, se régale et rit
Je me cache sous les couches de ma conscience.

Je suis seule à l'entendre et pourtant qu'elle crie !
Une rage brûlante l'emporte totalement
Je la suis sans lutter, elle me terrifie
Les barreaux maudits ferrent ses débordements.

Est-ce assez ? Savent-ils sa patience et sa ruse
Désormais qu'elle possède mon corps, mon esprit
Elle sait masquer un temps, la haine qu'elle infuse
Elle met mon masque pour jouer la partie

Quoi qu'ils se prétendent spécialiste du cas
Ces gens qui n'y voient goutte choisissent d'ouvrir
La porte. Je redoute l'embuscade, le trépas
Ils ignorent encore ce que veut dire souffrir

Elle couve ses braises et que donc puis-je faire
En témoin horrifié de ma métamorphose
Dieu ! Qu'on me pardonne le maléfice opère
L'incendie m'enflamme et ma raison explose

TU PENSAIS ÉCHAPPER À TOUT CE QUE J'ENTERRE
ET JE CROYAIS POUVOIR TE MÉPRISER AUTANT
ME CONTRAINDRE AU SILENCE TE FORCER À ME TAIRE
JE GARDE TU ME DONNES LE SOUFFLE DES DÉMENTS
ET FUSIONNENT LES FOUS DANS LA TERRE DES ENFERS


Il n'y a plus de nous, il n'y a plus que moi
La bile pour toujours agrippée à mon ventre
C'est de leur faute aussi, las, si leur corps est froid
Qu'avaient-ils donc besoin de sortir de son antre
Ce désir de tuer tout ce qui n'est pas soi


Il faudrait que les gens de raison se protègent
Car partout dans le monde, les cages sont ouvertes
Les fous et les déments bâtissent les cortèges
Je sais que vous savez… Le monde court à sa perte...



20/08/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres