Petit sortilege sans pretention

Petit sortilege sans pretention

4 mars 2007 Connaissez-vous l'hippothérapie ?




L'hippothérapie


Les soins apportés aux chevaux s'inscrivent dans le cadre de la vie quotidienne, comme un acte de travail créatif qui demande des connaissances, des compétences, mais aussi du courage, voire de l'audace. L'hippothérapie se propose de donner des moyens de faire des choix, de découvrir un système de possibles au travers d'expériences créant de nouvelles perceptions, "mettant en marche" le mouvement de la vie. Se mettre en marche, c'est proposer l'idée d'un chemin, mais aussi accepter de quitter l'appui qui est jusqu'alors établi !
Pour illustrer cette idée, observons un enfant qui apprend à marcher et qui, après avoir laborieusement acquit la stature verticale, sent l'appel d'un devenir. Une légère crispation dans les petits orteils, un froncement du nez... les coudes se soulèvent comme des ébauches d'ailes pour tenter un appui sur l'air, et le premier pas est amorcé. L'enfant à dû, sans qu'il y paraisse trouver en lui, l'espace d'un instant, une forme de courage et de renoncement. Renoncement à ce qu'il connaît de l'équilibre et de sa sécurité, une séparation nécessaire, prélude à la "re-connaissance "d'une nouvelle personne différente".
L'hippothérapie explore ce processus de construction du Soi, dans la relation aux autres et à soi-même. Elle incite à trouver ce courage d'aller à la rencontre du "jamais", à remplacer les "c'est pas possible" par "c'est un pas possible ! ", à retrouver cet élan vers l'au-delà d'un moi étriqué, cimenté, pour agrandir l'espace et vivre autre chose.
A cheval, oser vivre cette impulsion dans le bassin qui initie la marche et le mouvement. Sentir dans son corps, le déplacement, le rythme créer le lien entre un pas et un autre. Le cheval en marche, pour pouvoir rencontrer l'ouverture de son être, en entourant ce corps vivant, vibrant, berçant, cadençant et observer, à chaque pas qui se dessinent, les volutes des interrogations, des doutes, des peurs et des angoisses mais aussi des cris, des rires et des joies. Garder l'espoir que la route empruntée peut, à chaque étape, célébrer, exalter des talents individuels, des progrès, des dépassements, des réussites.
Ce n'est pas supprimer un symptôme, mais bien permettre aux dysfonctionnements de se réajuster, se rééquilibrer, de remettre de l'ordre, de retrouver une forme d'intégrité avec la force de vie présente en soi et autour de soi. C'est laisser la possibilité à l'énergie de circuler, à travers les mouvements physiques et psychiques, après avoir mis en évidence les intrications, tel un écheveau à démêler. Le cheval faisant miroir, il donne la possibilité d'assouplir les rigidités psychiques.
émotives et mentales, grâce aux passages en douceur entre les différentes allures,   à la réduction progressive des résistances, à la culture de la décontraction (musculaire, respiratoire, affective, etc...), à la transformation des surcharges, à la prise de décisions, au dosage judicieux entre tonicité et détente à la recherche permanente de l'équilibre dans de très nombreux domaines.
C'est une expérience existentielle intime,  possible non parce qu'on veut la faire ou obtenir quelque chose, mais plutôt parce qu'on est prêt à la vivre. Elle ouvre de nouveaux affects, un engagement vis-à-vis du cheval, la culture d'une attitude de confiance mutuelle comprenant la possibilité de montrer ses vulnérabilités mais aussi de développer les dispositions nécessaires pour percevoir le monde de l'autre, au-delà du désir. En s'appuyant sur les forces de vie présentes (poids, ou allègements, angoisses ou enthousiasmes, etc...), il est tenté de rendre force et dignité à l'Humain, pour permettre de puiser à l'intérieur de soi, au travers de cette relation privilégiée avec le cheval, une image restructurée, complétée et la laisser agir.

L'hippopthérapie se divise en trois domaines d'action

1.  Action physique

Telle une technique de ré-éducation utilisant les allures du cheval comme un outil ; le cavalier n'a pas d'action sur le cheval, il ne lui demande rien, "il subit" les mouvemets physiques provoqués par le cheval. Le cavalier acquiert et/ou améliore son équilibre, renforce sa musculature, corrige la statique du tronc, corrige et/ou améliore son tonus (spatialité ou hypotonie), améliore ses capacités ostéo-articulaires, améliore son schéma corporel et affine sa motricité.

2. Action psychique

effet relationnel du contact avec l'animal, travil de détente, travail social, travail spatio-temporel, amélioration du langage, meilleure perception de sa personnlité, latéralisation, coordination et dissociation des mouvements, loisirs...
Ces moments procurent du bien-être psychique en simplifiant et en adaptant les activités équestre au handicap de la personne. Toutes les disciplines équestre sont utilisables : saut, voltige, dressage, attelage, horse-ball...

3. Action thérapeutique

La progression équestre n'en est pas l'objectif en soi. Cette action vise à l'amélioration ou la stabilisation de l'état du patient dans tous les domaines.
Les handicaps du patient sont ressentis et carctérisés (et non définis, figés par la pensée) comme mobiles, vivants au sein d'une charpente de polarités constituant la nature humaine (ex : pôle nerveux et pôle moteur; pôle intérieur et pôle extérieur...).  Une fois le patient "cerné", c'est lui-même qui est actif pour rétablir et reconstruire son équilibre (au propre comme au figuré) à travers ses actes vis-à-vis du cheval et la gestion des réponses de ce dernier. Le patient doit se faire entendre ET gérer le dialogue avec le cheval. Il prend ainsi conscience de son moi, de son rôle, de sa responsabilité. Par la valorisation et la normalisation , son intégration communautaire progresse ; il se (re)construit lui-même. L'approche équestre ici pratiquée est le type "chuchoteur" : il s'agit d'un langage gestuel, corporel, reproduisant le langage naturel des chevaux à l'état sauvage. Les patients montgent généralement sans bride, sans mors, sans selle. L'activité intérieure
remplace les aides extérieures.

L'auteur de cet article vit dans le Haut-Rhin,
Pascal Gilles 03 89 47 25 34


                                                                                                         


04/03/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres