Petit sortilege sans pretention

Petit sortilege sans pretention

Potions et chaudrons

 

Il y a, pas loin de chez moi, un enfant qui pleure, un vieillard esseulé, une femme débordée et un homme inconsolable.
Parce que c'est un jour comme ça, sans lumière, un jour où il fait froid.
Un lundi « lève-toi » de fatigue de « je dois. »

Je ne peux pas grand-chose contre ça.
Mon cœur est ouvert du mauvais côté et j'écoute la souffrance du monde.
Je n'écoute pas trop fort parce qu'un peu plus loin de chez moi, les sanglots des gens me noieraient.

Quand mon cœur est ouvert comme ça, je n'arrive pas à entendre, les gloussements, les cris joyeux de surprises, les élans d'amours.
Tout paraît surfait et lointain, bien trop loin de chez moi, dans un autre temps que le mien.

Je me demande alors pourquoi sous mon sternum, l'audition est sélective. Sûrement, c'est le temps, ou le manque de sommeil, ou « les sangliers qui ont mangé des cochonneries... »

Le temps comme un comprimé de bonne humeur ? Comment font les Bretons et les Normands ?
Le manque de sommeil ? Ça c'est pour demain….
Les sangliers ?J'aime pas le sanglier !

Et si c'était le monde ? Le monde qui tourne carré et qui postillonne. Ça rend les lundis matins, sombres et incertains, même quand il fait beau et ça ouvre le cœur du mauvais côté.

Avoir bon cœur, ça n'a de sens que quand il est ouvert du mauvais côté, c'est quand les efforts sont nécessaires que le cœur est bon.
Je ne peux rien pour cet enfant qui pleure, pour cette personne esseulée, car ce n'est pas moi qui lui manque. Je ne peux pas consoler ou aider quelqu'un qui ne demande rien.

Mais, si l'énergie en moi est suffisante, si ce jour de brume ne me remets pas au lit, si les cris du monde sont à distance raisonnable, je connais un ou deux sortilèges qui referme les portes de suie.

Lorsque j'écoute les postillons du monde, il m'est nécessaire d'agir pour le bien de quelqu'un, j'invite alors mon amie à manger, je rends une visite, que je ne cessais de remettre. Je passe un coup de fil pour écouter. Ou je respire en conscience pour mêler ma pensée à ceux qui font de même

Mais ce matin j'écris ces quelques mots pour mes copains d'ici au d'ailleurs dont le lundi postillonne.

Respirez  profondément….
Inspirez lentement…
1 2 3 4 5

Expirez de même…
1 2 3 4 5
Inspirez …
1 2 3 4 5

Expirez lentement…
1 2 3 4 5
Inspirez, videz-vous la tête…
1 2 3 4 5

Expirez …
1 2 3 4 5
Inspirez lentement…
1 2 3 4 5

Expirez lentement…
1 2 3 4 5

Et si ça vous fait du bien, continuez.

Bonne journée et tous les moments à suivre.



11/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres