Petit sortilege sans pretention

Petit sortilege sans pretention

Une ombre en coeur

 

 

 

Il y a des amours comme des douleurs

Quand on les regarde assez longtemps

Des germes de joies aux grands bonheurs

Aiguisent des poignards nous traversant

 

J’aime et je regarde danser là

Le feu et l’eau vive de ton enfance

Je crève de trouille d’une vie sans toi

Hideuse morsure de ton absence

 

Ainsi il s’attache à mon amour

Un clandestin tremblant dans le noir

Dans les replis de mon esprit sourd

Si je me retourne je peux le voir

 

Petite vie petite fille ma démence

Ajustée à mon tuteur béat

Prend racine au terreau qu’ensemence

Ma fanatique tendresse pour toi

 

Que le temps file et puis qu’il m’entraîne

Et même qu’il m’emporte s’il le veut

Je prie cent dieux pour ce prix sans peine

Ne manque jamais à mon cœur peureux

 

 



26/09/2020
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 54 autres membres