Petit sortilege sans pretention

Petit sortilege sans pretention

Ainsi vont les graines...

Forçant dans la terre noire, le germe de sa vie,
La graine fragile lève les tonnes de ses envies.
De radicelles en racines, sans renoncer,
Une pousse infirme travaille pour passer.

Elle jette vers le ciel ses forces nourries
De sédiments, en nutriments servis.

Elle force en appui sur ses cotylédons,
Elle rejoint le soleil sans voir l'horizon.

Dans le ventre des femelles, les graines sont fragiles,
Quittent le nid, déchirent le lien et mutilent.
Racines et radicelles inutiles pourrissent.
Nés du sang, dans de la douleur, les semences s'enhardissent

Les mères tissent filets d'amour et de tendresse
Leur corps encore, pour que leurs graines progressent
Servent d'appui et les guident pour l'envol

Loin vers le soleil et l'horizon…
Loin des ventres des mères qui s'étiolent.



14/01/2016
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres