Petit sortilege sans pretention

Petit sortilege sans pretention

Feu le temps

 

La surface se ride

Comme un visage qui vieillit
Une photo se froissent
Images de figures en feu.
 

Et le noir soudain.

Brusquement dans les flammes,

Il ne reste plus rien.

Ma mémoire dévorée,

 

Relâche ses vieux souvenirs :

Des chemins qui se brisent...

Des orages qui frappent.

Et temps de feu qui consume,

Bientôt il ne reste plus rien.

 

 

 

 

 



09/03/2010
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres