Petit sortilege sans pretention

Petit sortilege sans pretention

L'ombre dans mes pas

 

 

 

 

Tu ne peux pas me rattraper, tu ne vas pas assez vite...

   Je cours, je te course, je te cours après


...Et quand je ralentis, la distance ne s'écourte pas : tu t'arrêtes ?

   Je suis la tombe dans l'ombre, je suis l'ombre de tes pensées

 

Je viens vers toi pour te comprendre mais tu recules vers l'horizon.

   Je suis une rive oubliée, ta ligne de fuite...


Je te sens dans mon dos, comme un cauchemar au ralenti !

   Je suis loin derrière, mais si près, tu ne peux pas m'échapper.

 

Je ne veux plus courir avec toi comme aiguilleur, comme effrayeur...

   J'ai sonné le glas de ton enfance, j'ai sonné le glas de tes rêves.

 

Si je m'assoie par terre et que j'attends, je finirai par t'approcher.

   À me regarder, tu négliges l'essentiel et tu cesses d'exister.

 

Ton visage est fané, creusé de rides, tu as mille ans et tu me ressembles tant...

   Il est trop tard pour t'enfuir, je vais te dévorer.


Je ne tiens pas à ma raison, elle m'attache et me limite.

   Je suis tes peurs, sans tes espoirs, je suis l'angoisse de ton départ…
   Mais tu es prête si tu m'attends



06/03/2016
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres