Petit sortilege sans pretention

Petit sortilege sans pretention

Le gouffre des enfants

 

 

 

Je me perds
Dans le gouffre noir de ces enfants sans sourire
Et mes airs
D'outre et d'aveugle pour vivre quand même, rebondir
Sont offerts
À mes autres si bouillants d'amour et de joie

 

Mais quand même
Je me perds, à regarder au-delà, je vois
La misère
L'abandon, le peine, où se résignent mes choix
Et l'humaine
Au sensible de ma vie meure un peu, chaque fois

 

Dans le regard sombre des enfants
Qui ne comptent pas, même en nombre
J'ai perdu la foi
Elle était sans Dieu
Mais rêvait parfois
D'Hommes de mieux en mieux

 

Dans les puits noirs des regards vides
Les enfants n'ont plus de jambes
La magie y est aride
Et ces mômes-là me tremblent



24/06/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres