Petit sortilege sans pretention

Petit sortilege sans pretention

Le mur des abandons

 

Il y a dans l'air navrant des vides d'oiseaux
Il y a dans l'eau des poissons absents
Il a des vies sans cœur

Il y a des Dieux qui s'ennuient, des sauveurs inutiles, des tâches impossibles

Il y a des peines sans larmes et des rires sans joies
Parce qu'un mur se conçoit

Un espace immobile de briques pressées, tassées

Bloquant les rêves de l'autre côté.


Il a des Hommes en coquilles de noix
Durcis par le froid, seuls
Qui détestent leurs vies et l'envie
Dans les bogues plus tendres d'Hommes aux cœurs pourris

Parce qu'un mur se propose

Une ligne figée de fractures volontaires
Divisant les sœurs, les frères

Il y a la haine et le bruit des balles
Comme une vérité incontournable, des mensonges comme des évidences
Il y a des peuples perdus, abandonnés de raison, qui essayent de survivre
Et qui prennent les armes pour être du bon côté,
Celui qui inflige, celui qui afflige
Il y a des monstres qui courent de plus en plus vite
Après vous, après moi

Parce qu'un mur s'élève
Contre les voies de l'unisson

J'entends la voix du mur des abandons



16/11/2016
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres