Petit sortilege sans pretention

Petit sortilege sans pretention

Le temps court

 

 

Laisser filer le temps

Et s’asseoir

Au bord de son courant

Pour le voir

 

Passer, couler, comme un torrent

Entraînant vers un puits une vague de souvenirs

 

Laisser filer sa mémoire

S'accrocher, c'est se noyer dans le fluide

D'un temps passé ou avenir si court

 

Ou le suivre ? Ce cours du tant

Tant d'amours et de chagrins

Tant de secondes et de chemins

À quoi bon attendre sur la rive

Une vie immobile qui dérive.

 

Laisser filer la peur

Chevaucher toutes les heures

Approcher du puits chargé

D'ombres et de Cendres

D'autres tendres tombes

 

Rejoindre le flux infini des âmes

Et un océan d'ennui, sans larmes

Puisqu'il le faut

Puisqu'il le faut



04/07/2016
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres