Petit sortilege sans pretention

Petit sortilege sans pretention

Le vieux s'en va


 

 

Le vent joue avec ses rares cheveux

son pas est lent et sa pensée profonde,

Tant d'années... il est déjà si vieux !

Il s'efface peu à peu du monde.

 

Un chant doux murmure dans son coeur,

monte en lui, mouille ses yeux.

Ses pas ont perdu tant de vigueur...

Et son esprit quitte les lieux.

 

Il ne pourra pas franchir le col,

Mais sa pensée y est déjà.

Dans ce passage où l'âme s'envole,

Son corps, lui, renonce là.

 

Je pleure un homme, un ancien.

En ce moment, je veux très fort,

Que dans le col l'attende quelqu'un,

Et que la mort cache un trésor.

 

 



22/02/2016
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres