Petit sortilege sans pretention

Petit sortilege sans pretention

Mon enfant

 

 

Tes gènes se déchaînent et ta faille te creuse,
Mon bébé, ma fille.
Un monstre dévore l'unité de ta raison.
Cuirasse et glaive mon enfant !

Assailli à chaque heure, ta réalité s’effondre.
Crois-moi ! Je peux te dire ce qui es vrai.
Je jalonnerai ton chemin et ta route
Pour que tu crèves ces illusions.

Je te souviendrai de nos rires,
Et je te les chanterai,  toujours.
Je t'enlacerai pour défendre tes heures lucides
Dans le jardin de mon amour.

Ton esprit si fin, se bat sans relâche
Pour bouter la folie et tuer la dragon.
Il y a, dans ce monde de belles promesses.
Ma fille, mon bébé,

Prends ton temps, rien de presse.
Que l'espoir te retrouve et te caresse.



13/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres