Petit sortilege sans pretention

Petit sortilege sans pretention

Une larme du monde

 

Un rayon de soleil s'attarde sur une unique larme, qui roule le long de la joue du monde. Il irradie ses derniers Celsius de chaleur pour tenter de la sécher. Mais la larme gonfle et glisse vers le cœur des hommes.
Soudain saisi d'une conscience absolue de ce qu'ils sont vraiment, d'un tout qui n'a pas besoin d'eux, d'un tout dont ils oublient de se nourrir, ils découvrent qu'ils se sont dissociés de leur nature.
Broyés par l'absurdité et l'impermanence de leur brève existence, souffrant enfin d'un juste regard sur l'immense et l'absolu., les Hommes rendent leurs souffles à la Terre.
Et un petit rayon de soleil s'éteint qui disparaît dans l’obscurité.

Le monde alors s'endort.
Dans la trame noire et silencieuse d'un nouveau possible, les songes de l'humanité perdue éclosent à chaque instant. Ils n'ont plus à lutter contre des cauchemars de solitude et de souffrance. Peu importe les Hommes : ils ont laissé sur place le meilleur d'eux-mêmes. Il n'y a plus de raison pour que les songes ne s'incarnent, personne n'est là pour en douter et briser les utopies.
Lorsqu'au matin d'années nouvelles, un rayon de soleil s'extrait des ténèbres, il éclaire des bouffée de joie comme des bulles de savon, des arc-en-ciel de douceur comme la peau de nourrisson.
Les lieux bouillonnent d'émotions, mais personne ne les incarne plus.

Le monde se repose.
Une sphère de glace cristallisée par un désir fragile, cherche sur Terre le souvenir d'hommes qu'elle aimait. Après la colère et le silence, vient l'hiver des regrets. Parmi les monstres, vivaient des mirages magnifiques, qui auraient su enchanter cette planète telle qu'elle est.
Alors le monde qui a le cœur gros gonfle son noyau, et supplie l'univers de lui rendre les âmes… Toutes les âmes : dépourvus de matière, libérés des besoins de leur chair, les hommes sont de merveilleux créateurs de lumières et d'ombres, et leurs rêves sont si beaux… L'univers attendri consent à réveiller toutes les entités. Les Hommes, comme autant d'illusions incarnées, peuplent pour toujours, une Terre en paix et millions de merveilles.
Le jour du serment se termine.
Un rayon de lumière caresse la joue du monde qui se retient de pleurer.



15/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres